Mobicit'Air

Le projet Mobicit’Air visait à évaluer les champs d’application possibles des micro-capteurs dans le domaine de la surveillance de la qualité de l’air. Il s’est déroulé entre 2016 et 2018. 

L’objectif du premier volet du projet Mobicit’air était d’évaluer la fiabilité des micro-capteurs disponibles sur le marché. Cette évaluation comprenait notamment la réalisation de parallèles sur des stations fixes d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes entre les micro-capteurs et les appareils de référence. Ces parallèles ont duré plusieurs mois et ont été effectués sur des sites de typologies différentes (proximité automobile, urbain de fond) afin d’avoir une évaluation du fonctionnement de ces micro-capteurs dans la plus large gamme de concentrations (le lien est externe) et dans des environnements différents.

Le deuxième volet du projet visait à expérimenter l’utilisation des micro-capteurs dans une démarche de participation citoyenne dans la métropole grenobloise et à en évaluer l’impact sur le changement de comportement.

L’objectif du troisième volet était d’évaluer la plus-value apportée par un réseau fixe de micro-capteurs (sélectionnés en se basant sur les résultat du volet 1) pour la réalisation de cartographie qualité de l’air à fine échelle.

Objectifs scientifiques

Le deuxième volet du projet visait à permettre de répondre à trois questions fondamentales :

  • La mesure par soi-même avec un micro-capteur permet-elle une montée en compétence et une meilleure compréhension des enjeux liés à la qualité de l’air ?
  • Les micro-capteurs peuvent-ils être un nouvel outil de communication ?
  • L’évaluation en temps réel induit-elle un changement de comportement ?

Participants

31 volontaires sélectionnés avec un questionnaire de recrutement afin de sélectionner un échantillon représentatif de la population générale sur le territoire. Puis, ces 31 ont été interrogés par le biais d’un entretien semi-directif en face-à-face pour faire un retour sur leur expérience, leur montée en compétence, leurs changements de pratiques de mobilité, sportive, la communication faite aux autres, etc.

Capteurs

8 Capteurs Open Source Airbeam1 de mesure de particules (PM10, PM2.5) de l’ONG Habitat Map intercomparés et recalés avant la mise à disposition.

Partenaires

  • Atmo Auvergne-Rhône-Alpes 
  • Partenaires financiers : Grenoble Alpes Métropole, l’Etat (appel à projet Villes respirables), la Région Auvergne-Rhône-Alpes 
  • Sous-traitance sociologique: Stéphane LaBranche (SciencePo Grenoble)

Ressources

Référente CASPA

Claire Chappaz
Coordinatrice Innovations et Programmes internationaux à ATMO AURA