BREATHE

Le projet BREATHE (financement ANR 2019 – 2023) vise d’une part à développer une métrologie participative faisant l’objet d’un étalonnage par rapport aux capteurs agrées notamment par la collecte de plantes et l’usage de micro-capteurs et d’autre part à accompagner et analyser sa traduction dans les politiques publiques en s’appuyant sur l’ingénierie de la participation Artivistes-atelier. 

Porté par les UMR Géosciences Montpellier et GET et la structure associative Artivistes-atelier, le projet se déploie sur deux territoires urbains Montpellier Méditerranée Métropole et Toulouse Métropole et un territoire périurbain l’Agglomération Pays de l’Or. 

Objectifs scientifiques

Mesurer, modéliser et accompagner les politiques publiques. 

Le projet BREATHE interroge dans quelle mesure le magnétisme environnemental permet une bio-surveillance pertinente de la pollution de l’air aux particules fines en milieu urbain et péri-urbain. Il analyse également dans quelle mesure est-ce que l’intégration des citoyens peut servir de levier sur les décisions politiques qui concernent la qualité de l’air depuis une métrologie sur bio-capteurs jusqu’à la construction d’un plan d’action. 

Pour y répondre, nous mettrons en œuvre un programme de Science Citoyenne de bio-surveillance par les techniques du magnétisme environnemental qui puisse servir de base solide à un programme de Recherche-Action Participative. L’enjeu est d’intégrer pleinement le citoyen dans la construction et la mise en place des politiques publiques des territoires sur la qualité de l’air. 

Sur le plan de la métrologie, l’avantage du projet BREATHE réside dans sa capacité à produire, grâce à la technique employée, un grand nombre de mesures rapides et peu chères prenant en compte la présence de nanoparticules. Ces caractéristiques permettent une production de cartes singulières à haute résolution spatiale des dépôts de polluants selon des modi operandi intégrant les citoyens. 

Tout le défi de BREATHE sera de porter la technique du magnétisme environnemental sur biomatériaux à un niveau de validation qui permette de l’utiliser in fine dans la co-construction d’une part d’outils d’aide à la décision intégrant des indicateurs d’efficacité afin de mettre en œuvre plus efficacement les politiques publiques sur la qualité de l’air et d’autre part de feuilles de route pour les réformes métrologiques et institutionnelles.

Participants

  • Les habitants des différents territoires
  • Les élus et leurs services
  • Capteurs

    • Bio capteurs (végétaux)
    • Filtres passifs
    • Micro-capteurs
    • LOAC (Le Zephyr Lab, laboratoire citoyen situé sur la commune de Saint Aunès vise à étalonner les mesures grâce à banc expérimental entièrement dédié à la qualité de l’air)

    Partenaires

  • UMR Géosciences Montpellier et GET
  • Association Artivistes-atelier
  • Agglomération Pays de l’Or et Toulouse Métropole
  • Vinci Autoroutes
  • Ressources

    Référents CASPA

    Pierre Camps
    Chercheur CNRS à Géosciences Montpellier

    Davia Dosias-Perla
    Chercheuse en écologie politique, participation et décision publique, présidente co-fondatrice Artivistes-atelier

    Lionel Scotto d'Apollonia
    Sous directeur GDR CNRS PARC Chargé de recherche ArtivistesChercheur associé LIRDEF