Apolline

Le projet Apolline permet le développement de nœuds de capteurs miniatures dans Lille mesurant la concentration de différents polluants dans l’atmosphère. Une des applications consiste à équiper des volontaires de capteurs portables mesurant la concentration de particules dans l’air. Ces données sont envoyées par les smartphones des volontaires vers un serveur ou elles sont anonymisées (Apisense®).

L’analyse des données permet de construire des cartes où l’on peut repérer les concentrations anormales de polluants et de suivre l’évolution de ces panaches. Cette approche ouvre de nombreuses perspectives en matière de suivi des flux de polluants et de prévision des risques sanitaires et environnementaux

Objectifs scientifiques

L’analyse des données permet (1) de construire une exposition individuelle pour tous les volontaires, (2) d’élaborer des cartes où l’on peut repérer les concentrations anormales de polluants et (3) de suivre l’évolution de ces panaches dans la ville en fonction du temps.

Cette approche ouvre de nombreuses perspectives en matière de suivi des flux de polluants et de prévision des risques sanitaires et environnementaux.

Participants

  • 2018 : une dizaine de volontaire, une classe à Lomme
  • 2020 : 20 volontaires de l’Association du Droit Au Vélo (ADAV) et 300 volontaires dans le cadre d’un projet Isite

  • Capteurs

    Capteurs développés en interne

    Partenaires

    Université de Lille, INRIA, CNRS, Métropole Européenne de Lille, Lille, Lomme, Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique (APPA)

    Ressources

    Référent CASPA

    Benjamin Hanoune
    Chercheur au laboratoire de PhysicoChimie des Processus de Combustion et de l'Atmophère (PC2A) de l'Université de Lille