Cosmic on air

Cosmic on Air est un projet de science participative open source et open data de mesure par le public du rayonnement cosmique aux altitudes de vol des avions de ligne en utilisant différents types radiamètres connectés à un smartphone et caractérisés par rapport aux rayonnements cosmiques. Il s’agit principalement de  « chasser les éruptions solaires ». Le projet utilise l’application smartphone et la base de données développées par le projet Open Radiation. Un mode de mesure spécifique pour les mesures en avion est maintenant disponible dans l’application OpenRadiation et le site web du projet OpenRadiation offre la possibilité de visualiser les données déjà mesurées en vol.

Objectifs scientifiques

Ce projet vise à fournir à la communauté scientifique des données de mesures réalisées lors des éruptions solaires, notamment celles générant des protons suffisamment énergétiques pour pénétrer la magnétosphère et l’atmosphère. Ces évènements relativement rares ont pour effet d’augmenter de manière très significative mais très temporaire les débits d’exposition aux rayonnements ionisants pour les passagers et les équipages.

Du fait de la rareté, de leur faible durée et de la difficulté de prédire leur occurrence, très peu d’événements ont pu être mesurés et à chaque fois de manière fortuite et à une seule géolocalisation. Ces données sont essentielles à la communauté pour faire progresser et éventuellement vérifier les modèles utilisés pour la simulation numérique de ces évènements permettant d’évaluer les doses de rayonnement reçues associées.

En France, l’évaluation des doses liées aux rayonnements cosmiques est réalisée avec l’outil de calcul Sievert avec un modèle pour les éruptions solaires (SiGLE) développé par l’observatoire de Paris Meudon. Un portail grand public permet de calculer les doses reçues au cours d’un trajet en avion.

En plus des évènements solaires, les données recueillies sont susceptibles d’aider la communauté scientifique à mieux comprendre également les phénomènes radiatifs sporadiques localisés qui sont générés dans les orages. Des phénomènes électriques extrêmement violents peuvent générer des flashs de rayonnement X très brefs, appelé « Terrestrial gamma flash (TGF) ». L’impact du point de vue radiologique de ces phénomènes, récemment découverts (1994), est encore mal évaluées, notamment par le manque de données mesurées. La multiplication des mesures dans l’atmosphère pourraient éventuellement menée à la découverte de nouveaux phénomènes. 

Participants

Il est possible de participer en se procurant un des capteurs compatibles avec l’application openradiation. La liste des capteurs et le moyen de se les procurer sont fournis sur le site OpenRadiation. Toute participation pour le développement, le test et l’évaluation de nouvelles générations de capteurs mieux adaptés à la mesure du rayonnement cosmique est bienvenue. Toute initiative permettant de faire la promotion du projet et de recruter de nouveaux participants est également bienvenue. Contact : COSMIC@irsn.fr

Capteurs

  • Un dosimètre connecté disponible en version kit à monter soi-même (développé dans le cadre du projet OpenRadiation) ou auprès de fabricants pour des modèles sélectionnés (5 modèles du commerce compatibles)
  • Une application smartphone pour piloter le dosimètre puis transmettre les données à une base centralisée, accessible depuis le site.

Partenaires

  • Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) (F. Trompier, G. Darley, V. Lejeune, C. Damon, JF Bottollier-Depois)
  • Observatoire de Paris Meudon : C. Briand, N. Fuller, L. Klein, S. Cnudde
  • PLANETE SCIENCES : N. Berthelot
  • Cape Town University : A. Buffer

Ressources

Référent CASPA

François Trompier
Ingénieur chercheur, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN)